Histoire - Paroisse Saint Cléophas

Aller au contenu

Menu principal :

Histoire

Infos pratiques
« Comme chacun des chrétiens qui la composent, notre paroisse à une histoire, l’histoire de la communauté. Lorsque la paroisse contemple son histoire, elle rencontre DIEU »
Père René Umani
Saint Cléophas
Est la seule paroisse connue sous la protection du disciple d’Emmaüs avec une petite église du Québec
                              1914                                                   2014

1908 La paroisse Saint Dénis, étant éloignée des quartiers de l’avenue de Toulouse, son curé projetait d’établir une nouvelle paroisse dans la cité Granier

Mars 1908 Monseigneur de Cabrières visita divers locaux ; il décida d’établir rue Azéma, cette nouvelle paroisse. Une remise fut louée ; au fond se trouvait « un arrière magasin » qui servit de chœur. Sur le mur du fond il y avait le tableau d’Edouard Marsal « les disciples d’Emmaüs »

18 avril 1912 - Pose de la première pierre.
Pendant ce temps, les travaux de la nouvelle église Saint Cléophas se poursuivaient sous la direction de Mr Février.
L’église était prête pour l’inauguration ; les dons avaient afflué :
Autel/statues/lampes/tableaux/ornements de toutes sortes/vases sacrés etc.…

22 mars 1914 – Bénédiction de l’église Saint Cléophas-Saint Barthelemy
Par Monseigneur de Cabrières.
Il retraça la vie de Saint Cléophas en précisant les souvenirs de ce Saint dans notre ville et le culte à ce saint entre le XIème et XVIème siècle autour de la relique de son corps.
L’église Saint Cléophas a été construite sur le modèle de la chapelle romane Saint Gabriel de Tarascon du XIème siècle.
C ette nouvelle paroisse Saint Cléophas – Saint Barthélemy, fut confiée au Chanoine Jean-Joseph Crébassol.

Le chanoine Jean-Joseph Crébassol, curé de la paroisse de 1914 à 1926

Suite à un accident de santé, (il avait interrompu de grandes études pour lesquelles il avait des aptitudes remarquables), pour devenir prêtre.

Il habitait dans la sacristie, où le vent soufflait à travers les planches disjointes. Dans la cuisine, son aide, Marie entretenait le feu accueillant ceux qui frappaient à la porte car Monsieur le curé affable accueille….accueille…

Il sera un homme d’œuvres ; vie mariale, animateur spirituel, pèlerinage.
C’était un Saint homme, il n’avait qu’un défaut : quand il était en chaire, il ne savait plus s’arrêter (lorsque ses prônes duraient plus de 3/4 d’heures son vicaire l’abbé Bascou, sortait son mouchoir et se mouchait : le chanoine Crébassol savait qu’il devait songer à terminer son homélie). Les célébrations sont nombreuses (5 messes le dimanche).

En 1926, le presbytère achevé, la paroisse établie sur de solides bases avec l’appui et la confiance des paroissiens. Il est appelé comme Curé Doyen de l'Eglise Sainte Marie-Madeleine à Béziers.

Il fut inhumé le 16 avril 1943 à Saint Pargoire (34), il avait 77 ans (51 ans de vie Sacerdotale).


   Décembre 1968 : La nombre de fidèles augmentant de 600 à 25 000 : Benediction de la première pierre de l'Eglise Saint Jacques.

Prochainement l’historique de Saint Jacques.

* Les Curés de la Paroisse :
- Monsieur le Chanoine Joseph Crébassol
- Monsieur le Chanoine Victorien Brousset
- Monsieur le Chanoine Etienne Boudes
- Le père Jean Nauthon
- Le père René Umani
- Le père Jean-claude Monte
- Le père Christian Thomas
- Le père Abel
- Frère Jean du Sacré Coeur
1908-1926
1926-1959
1959-1975
1975-1979
1979-1996
1998-2000
1999-2012
2012-2016
2016-2017

* Vicaires de la Paroisse et encore en service dans le Diocèse :
-  Maurice Conort
-  Michel Caucat
-  Alain Gras
-  Philippe AzaÏs
-  Robert Martin
- Vincent Comte
-  José Dijous

1954
1969
1973
1973
1975
1986
2002


* Diacre permanent :

- Jean- louis Maurin
- Frère Philippe Néri
- Thierry Mateille
2002
2016
2017

Retourner au contenu | Retourner au menu